Hajj 2020: ce que vous devez savoir sur le pèlerinage de cette année

0
99

L’Arabie saoudite a déclaré qu’elle n’autoriserait qu’un millier de pèlerins résidant dans le royaume à effectuer le Hajj cette année, un jour après avoir annoncé que le pèlerinage annuel serait réduit en raison de la pandémie de coronavirus.

Environ 2,5 millions de pèlerins du monde entier affluent chaque année dans les villes de La Mecque et de Médine pour le rituel d’une semaine qui doit commencer fin juillet. Cette année, aucun visiteur étranger ne sera autorisé.

L’Arabie saoudite a annoncé lundi qu’elle organiserait un Hajj “très limité” cette année, alors que le pays est toujours aux prises avec la pandémie de coronavirus.

Le ministère saoudien du Hajj a déclaré que la décision de limiter le pèlerinage visait à préserver la santé publique mondiale en raison des risques associés aux grands rassemblements.

L’événement de cette année devrait commencer le 28 juillet.

Qui exécutera le Hajj?

En tant que l’un des cinq piliers clés de l’islam, le Hajj est une exigence pour tous les musulmans physiquement et financièrement capables de se produire au moins une fois dans leur vie.

Cette année, le ministère du Hajj du royaume a déclaré que le rituel ne serait ouvert qu’aux individus de diverses nationalités résidant en Arabie saoudite.

Mardi, lors d’une conférence de presse virtuelle, le ministre du Hajj, Mohammad Benten, a déclaré que le gouvernement était toujours en train de revoir le nombre total de pèlerins autorisés, affirmant qu’ils pourraient être “environ 1 000, peut-être moins, peut-être un peu plus”.

“Le nombre ne sera pas de dizaines ou de centaines de milliers” cette année, a-t-il ajouté.

Le ministre de la Santé, Tawfiq al-Rabiah, a déclaré que les pèlerins subiraient un test de dépistage du coronavirus avant d’arriver dans la ville sainte de La Mecque et seraient tenus de se mettre en quarantaine à la maison après le rituel.

Il a dit que personne de plus de 65 ans ou souffrant de maladies chroniques ne serait autorisé à pratiquer le Hajj.

L’Arabie saoudite arrête les pèlerins étrangers en raison d’un coronavirus.

Est-ce déjà arrivé?

C’est la première fois dans l’histoire de près de 90 ans de l’Arabie saoudite que les visiteurs étrangers sont interdits de pratiquer le Hajj.

Le Hajj a été annulé en raison de la guerre et des épidémies passées à travers l’histoire, mais pas depuis la fondation du Royaume d’Arabie saoudite en 1932.

Quelle a été la réaction?

La réponse a été un mélange de déception, de soulagement et d’acceptation.

Avant l’annonce saoudienne, l’ Indonésie , la Malaisie , le Sénégal et Singapour avaient déjà interdit à leurs citoyens d’effectuer le Hajj cette année en raison de problèmes de coronavirus.

“Mes espoirs d’aller à (la sainte ville saoudienne de La Mecque) étaient si élevés”, a déclaré à l’agence de presse AFP Kamariah Yahya, 68 ans, originaire d’Indonésie.

“Je me prépare depuis des années. Mais que puis-je faire? C’est la volonté d’Allah – c’est le destin.”

Shahadat Hossain Taslim, chef d’un groupe représentant les agences de voyage du Bangladesh pour le Hajj, a déclaré que “beaucoup de gens seront anéantis” par la décision, mais c’était pour le mieux.

“Contrairement à d’autres pays, la majorité des pèlerins bangladais sont des personnes âgées et ils sont vulnérables au COVID-19”, a-t-il déclaré.

Le Pakistan, qui envoie habituellement près de 180 000 pèlerins, a déclaré que ses diplomates en Arabie saoudite représenteraient le pays lors du pèlerinage de cette année.

Dans l’Inde voisine, le ministre des Affaires des minorités a déclaré que plus de 200 000 personnes avaient demandé à participer au Hajj en 2020 et qu’elles recevraient un remboursement complet de tout l’argent déposé pour le pèlerinage.

Mohamad Azmi Abdul Hamid, du Conseil consultatif malaisien des organisations islamiques, a déclaré que les nations musulmanes auraient dû être autorisées à prendre une “décision collective”, plutôt que de la laisser à Riyad.

SOURCE: AL JAZEERA ET LES AGENCES DE PRESSE